Balade au cœur de Thuir

Porte de Perpignan : Si vous êtes face à l’entrée de l’OT, vous trouverez sur votre gauche la « Porte de Perpignan », qui fut détruite en 1886 et reconstruite pour le passage à l’an 2000. Vous devez emprunter la Rue Grafan et monter jusqu’à l’église de Notre Dame de la Victoire.

Eglise notre Dame de la Victoire

Maintenant que vous vous trouvez devant l’église, vous allez mieux comprendre ce que pouvait être Thuir aux environs de l’an 900. Vous vous trouvez sur une butte qui à l’origine était une petite colline boisée où Charlemagne avait fait cacher la statue de la vierge dont la reproduction se trouve à l’intérieur de l’église.
On retrouve dès l’an 957 après J-C, des mentions de la petite église de Thuir qui s’appelait Saint Pierre, et qui a été reconstruite sur le même emplacement que la chapelle d’origine. L’édifice a été inauguré en 1816 et rebaptisé « Notre Dame de la Victoire », en l’honneur de la dite Vierge. A l’intérieur, une vaste nef en plein-cintre, soutenue par cinq arcs doubleaux, conduit à un chevet semi-circulaire, comme le sont aussi les absidioles des deux chapelles latérales situées devant le cœur et formant un transept. Pour le reste, c’est la disposition traditionnelle des églises roussillonnaises construites à partir du XVIIe siècle, avec la
présence de chapelles latérales.

La Cellera

Face à l’entrée, vous trouverez sur la droite de l’église, une grande place circulaire (place de la Cellera) qui signifie « enceinte » en catalan et qui confirme bien que cet endroit était entouré de fortifications. Imaginez autour de cette place, la chapelle d’origine jouxtant le château du Seigneur de Thuir, puis quelques
petites maisons, différentes granges, étables, écuries et bergeries construites tout autour, à l’intérieur des remparts.

Place Gabriel Peri « Place Royale »

Vous tournez le dos à l’église, et voyez face à vous la place Gabriel Péri, qui s’appelait à l’époque « La Place Royale ». La fontaine qui s’y trouve date de 1777 et fût réalisée pour alimenter le centre de la ville en eau potable. Cette place royale était au XIIIe siècle le centre de la ville, un peu comme aujourd’hui, et de là partaient toutes les rues commerçantes.

Le Grenat Catalan

Face à la fontaine découvrez la bijouterie Paulignan. Créée en 1946 par une famille Thuirinoise qui prend plaisir à perpétuer la bijouterie joaillerie dans toute sa tradition artisane.L’artisanat du grenat trouve ses racines en Roussillon sous l’Ancien Régime (XVIème au XVIIIème Siècle) et se développe largement au temps de la Révolution industrielle (XIXème Siècle). Dés le début du XVIIIème Siècle des croix perpignanaises en grenat sont portées par beaucoup de femmes. Ce n’est que fin du XIXème Siècle, par un effet de régionalisme Roussillonnais que l’on rapproche les couleurs du bijou avec le drapeau catalan (sang et or). Seuls, les membres de la Confrérie du Grenat de Perpignan et quelques rares artisans demeurent encore fidèles à la méthode traditionnelle de montage des bijoux. Si la tradition est de transmettre ses grenats de Perpignan de mère en fille, il est aussi une tradition de savoir- faire qui se transmet de génération en génération d’artisans.

Les 2 tours

En sortant des ateliers Paulignan, longez le trottoir sur la gauche et prenez la première rue à gauche (Rue de la République), au bout prenez à droite, puis remontez jusqu’à la mairie. Vous pouvez voir de part et d’autre de la Mairie les deux tours très bien conservées. Celle de gauche renferme le musée des arts et traditions, tandis que celle de droite jouxte la charmante petite chapelle Saint Jean, construction néo-gothique de 1855 édifiée par la famille Vilar.

Le Musée des Arts et Traditions

Créé en 1994 par la Municipalité de Thuir, en partenariat avec l’Association Sauvegarde et Mémoire de l’Aspre. Lieu privilégié de mémoire et de conservation du patrimoine, ce musée est installé dans un ancien relais de poste du XVIème siècle et une ancienne tour de garde restaurée. Habitat traditionnel catalan, ateliers d’artisanat traditionnels, céramiques et poteries… à la découverte de nos racines. Musée gratuit. Retour vers la Porte de Perpignan en empruntant le Boulevard Léon Jean Grégory. A l’angle opposé, vous pouvez voir l’entrée des célèbres Caves Byrrh.

Les Caves Byrrh

Implantées à Thuir depuis plus de 100 ans, les Caves Byrrh sont aujourd’hui le haut lieu des apéritifs à base de vins, alliant plus d’un siècle de tradition et de savoir-faire inégalé. Tout le secret de l’élaboration du Byrrh repose sur un dosage ingénieux d’aromates et de plantes savamment mariés qui lui donne sa subtilité et sa typicité. Ce fabuleux pouvoir magique s’accomplit durant un vieillissement très attentif dans nos foudres de chêne. Le hall de gare, création des ateliers Gustave EIFFEL au XIXème siècle, les allées gigantesques abritant plus de 600 foudres el la plus grande cuve en chêne du monde restent les témoins de l’ambition de la famille Violet pour le Byrrh. Renseignements : www.byrrh.com. Face à la sortie des Caves Byrrh, vous pouvez allez visiter la Maison de la Faune Départementale (visite gratuite)

Maison de la Faune Départementale

Vous y découvrirez un lieu de synthèse de la faune des Pyrénées Orientales. Il permet d’en découvrir toute la richesse et la diversité, et d’appréhender l’équilibre fragile du milieu écologique. Les animaux sont présentés en situation. La scénographie, moderne et originale, permet une approche ludique et crée un univers à la fois réaliste et surréaliste. Une occasion pour les petits et grands de découvrir de près les animaux qui les entourent.

Des recettes sucrées et salées de toutes les saisons bien expliquées dans des vidéos postées en ligne.